vendre maison
Publié le 2 Février 2021 à 11h55 - 401 aff.

Quelles sont les SCPI les plus touchées par la crise ?

La crise a affecté les rendements des SCPI certes, mais ne les a pas ébranlées tout au long de la crise qui a marqué l’année 2020. Dans cet article, on parlera plutôt des SCPI dont le taux de distribution sur valeur de marché a subi un recul assez conséquent par rapport à d’autres. Toutefois, elles continuent à tenir la route, étant des produits avant tout à base d’immobilier. Celui-ci continue en effet à conserver son appellation de « valeur refuge », ayant une fois de plus fait ses preuves face au krach historique de 2020.

Les SCPI hôtelières : des rendements autour de 2%

Ce sont les SCPI à prépondérance hôtelière, c’est-à-dire avec plus de 95% d’hôtels dans leur patrimoine, qui ont vu leur TDVM chuter de manière assez conséquente, puisqu’il est passé de plus de 4% en 2019 à près de 2.5% en 2020. Certaines SCPI ont même atteint un TDVM de moins de 2%, par exemple Aestiam Cap’Hebergimmo qui affiche un TDVM de 1.43%. Son taux d’occupation financier s’est lui aussi affaibli, puisqu’il n’est que de 9 .80% au 31 décembre 2020, le taux de recouvrement des loyers ayant subi une chute en raison de la difficulté des locataires à s’acquitter de leurs charges. Cette SCPI n’enregistre que 85.33 M€.

La SCPI Atreal Hötels a elle aussi subi un fort glissement de son rendement qui se chiffre à 2.37% pour 2020. Son TOF en revanche est demeuré satisfaisant, de l’ordre de 84% à la fin de l’année 2020.

Paysage, Hôtel, Resort, Paysages Quid des SCPI diversifiées gérant des hôtels dans leur parc ?

Ces SCPI se spécialisent plus dans l’exploitation d’autres types d’actifs, tels que les bureaux et les commerces. Elles incluent cependant une minorité d’établissements hôteliers dans leur patrimoine. Exemple :

  • Foncia Pierre Rendement : c’est une SCPI de commerce qui loge environ 19% d’hôtels dans son parc
  • Corum Origin, SCPI spécialisée, en a fait l’acquisition de près de 10%
  • Immorente (SCPI de commerce) et Edissimo (SCPI de bureaux) ont toutes deux 5% d’hôtels dans leur patrimoine
  • Genepierre qui est une SCPI de bureaux en gère environ 4%
  • Quant à Rivoli Avenir Patrimoine, la part de ses immeubles investis dans l’hôtellerie est de seulement 2%

Ce sont quelques exemples de SCPI gérant ce type d’immeuble fortement touché par la crise ; cependant, la liste ne se limite pas seulement à ces dernières et il convient d’analyser chacune d’elles à la loupe étant donné que les rendements sont très disparates. Par exemple, pour Corum Origin, son TDVM est de 6% pour 2020, tandis que celui des SCPI sus-énumérés tournent autour de 3%. Cela s’explique par exemple par les difficultés pour les locataires de certains immeubles de commerces de s’acquitter à temps de leurs loyers – notamment pour les commerces non essentiels et ce, au cours des mois de confinement qui ont été à l’origine de l’arrêt de leurs activités. Les SCPI de bureaux en revanche n’ont pas connu de fortes lésions puisque les activités se maintiennent grâce au télétravail.

Pour en revenir aux SCPI diversifiées, rappelons qu’elles ne reposent pas uniquement sur une seule typologie d’actifs, mais qu’elles exploitent, à proportions égales, aussi bien des SCPI de bureaux, de commerces, de santé, d’éducation, de logistiques et de locaux d’activités. D’où un rendement stable, voire élevé pour certaines d’entre elles. Notons en effet que certaines SCPI ont servi plus de 6% de TDVM pour l’année 2020, et que bon nombre d’entre elles ont aussi su maintenir le leur à 5%, voire un peu plus de 5.5%.

En conclusion, bien que la crise ait égratigné les rendements pour certaines typologies d’immeubles, celle-ci a épargné les SCPI dans l’ensemble, grâce à la forte expertise de leurs sociétés de gestion.